Brigitte Fontaine - 18.11.09

Publié le par La Côte - Culture

brigitte-fontaine-prohibition.jpgAvec son look de libellule,
Brigitte Fontaine
bannit

la prohibition

Je suis vieille et je vous en.../ Avec mon look de libellule /Je suis vieille et je vais crever /Un petit détail oublié. Le refrain du morceau Prohibition, de l’album éponyme, donne le ton. A 70 ans, Brigitte Fontaine s’est éloignée du style boule à zéro (photo DR) mais pas d’Areski Belkacem, son fidèle compagnon qui signe l’arrangement musical de Prohibition. Le seizième opus de la grande dame déjantée de la chanson française fait la peau à une société en quête de libertés. Je repasse à l’attaque, commente Brigitte Fontaine dans une interview parue sur la toile, il y a de quoi!
La chanteuse originaire de Bretagne, ridée et abîmée par la vie, conserve sa marque de fabrique. La majorité des chansons s’attaquent aux interdictions de fumer, de penser, de s’exprimer ou de boire. D’autres parlent d’amour.
Le style de l’album s’avère difficile à définir. Du rock tapant avec Just you and me, aux airs arabisants avec Soufi en duo avec l’ex-mannequin et chanteuse Grace Jones, en passant par la complainte au piano Harem, Brigitte Fontaine ne semble s’arrêter sur aucun style musical, surfant sur les vagues, les unes après les autres. L’album s’achève sur un morceau
frappé du sceau de l’excentricité avec Partir ou rester, en collaboration avec le non moins déjanté Philippe Katerine. Cette chanson est née après la dernière élection présidentielle en France. Mais comment fuck allons-nous faire, demande la diva. A quoi l’androgyne voix de Katerine rétorque avec légèreté: On va descendre dans la rue /Lutter contre les lustucrus. Comprend qui veut. Et plus loin, J’ai des grenats et des grenades /Plein les poches ma camarade. Les deux voix énigmatiques soutenues par des percussions incitent au combat: Courage fuyons les nervis /Les bâtards les quasi nazis. Avant de tirer sa révérence, Brigitte Fontaine se répand dans Je suis un poète, déclamation qui rappelle le ton du Chien de Léo Ferré. Le violoncelle accompagne ses vers: Je suis un poète /Et je ne vous embrasse pas /Mais je vous invite /Au bal des obscurs des petits voleurs /Des veines bleues des basanés /A Fleury-Mérogis /A la Santé et aux Baumettes /Ouvrez les prisons /Elles nous tuent. Comme un appel au secours, venu du fond du coeur.

Cécile Gavlak
Photo: DR
18.11.09

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

psychedelix 18/03/2010 16:43


Très bon concert au palladium de Genève