Tariq Ramadan - 6.11.2009

Publié le par La Côte - Culture

Ramadan.jpgTariq Ramadan
ou la force de l'intégration


Il a le charme fou des princes arabes, des yeux qui traduisent la volonté et la détermination de ceux que la passion habite. Il, c'est Tariq Ramadan. Une rencontre exceptionnelle avec un homme qui vient de traduire dans un ouvrage remarquable - Mon intime conviction - son intime conviction musulmane.

Tariq Ramadan, ce livre est-il une mise au point avec vos principaux détracteurs?

Non pas forcément, il s'agit d'un ouvrage de simplification qui tant à rendre plus compréhensible mes propos. Il semblerait que certains de mes ouvrages n'aient pas la visibilité nécessaire quant à la justification de mes thèses. Donc, ce livre est en quelque sorte, une clarification vulgarisée de mes idées.


Vous vous considérez comme un réformiste, néanmoins comprenez-vous le courant rigoriste de l’islam? 
Sur le principe, je peux comprendre que le rigorisme existe, parce que l'islam est représenté par plusieurs courants. Mais cela ne veut pas dire que je justifie les actes! Il faut bien saisir que dans l'empathie de la compréhension il y a une distance critique quant à la justification, c'est une notion centrale qui doit être entendue.

Avez-vous le sentiment de sortir des clivages historicopolitique autour de l’islam?

Je pense que oui, dans la mesure où la position musulmane en Occident a beaucoup évolué depuis une vingtaine d'années. Ce qu'il faut comprendre, c'est que la fracture sur la question musulmane n'est plus une question de politique de gauche ou de droite. Elle s'opère de manière transversale. Les musulmans, en quelque sorte, changent la manière de faire de la politique en Europe.

Adhérez-vous au fameux discours du Caire de Barack Obama?

Je pense qu'il s'agit d'un message extrêmement intelligent et beaucoup plus profond que ce que l'on pense, puisqu'il s'adresse non seulement aux musulmans, mais également au restant du monde. En claire, la substance du rapport au pluralisme est brillante et appelle à une réflexion de fond.

Mais pourquoi l’islam fait-il si peur aux occidentaux?

Pour moi, il y a trois dimensions: une première historique qui est intimement liée à la colonisation et à son histoire. Deuxièmement, la visibilité musulmane devient latente, puisque les jeunes musulmans sortent des ghettos pour s'intégrer dans la société. Enfin, il a des actes liés à la violence autour de l'islam qui ne servent pas le message premier. Néanmoins, il ne faut pas oublier que l'Europe traverse une crise identitaire profonde!

La polémique autour des minarets en Suisse n’est-elle pas pour les musulmans de ce pays une magnifique occasion de se faire entendre?

 Je dirais qu'à toute mauvaise question on peut en tirer quelque chose de bon. Maintenant, il est évident qu'il faut en analyser les causes. Comment en est-on arrivé-là? Comment cette progression populiste a-t-elle été possible? Non seulement en Suisse, mais également ailleurs en Europe. Comme par exemple, au Pays-Bas, où le premier parti politique du pays compare le Coran à Mein Kampf! Je crois que les musulmans de Suisse ne peuvent pas se permettre de négliger cette analyse avec compréhension et avec respect.

 

 

Mon intime conviction, éditions Presses du Châtelet.

DANIEL BUJARD
6.11.2009
PHOTO: DR

 

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

le blog d'une de ses maitresses
http://ponctuelle.canalblog.com/


Répondre